Défiez votre destin

...
 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Night

avatar

Messages : 7
Points : 13
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/05/2017

MessageSujet: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   Jeu 5 Oct - 19:11

Depuis très longtemps la gardienne n'avait poser son regard dans ces terres arides et désertiques, elle n'aimait pas ce que les terres luxuriantes étaient devenues depuis l'arrivée de ce peuple provenant d'un autre monde, un monde qu'elle avait explorer et qui avait été entièrement rongé par leur folie. Elle espérait juste qu'ils ne suivent pas la même voie sur Al'Sharan, le rêveur n'avait pas besoin d'être troublé par les races mortelles. Et l'attaque de l'ancienne impératrice sur le royaume humain avait achever la confiance de la dragonne.

Son vol était parfaitement silencieux grâce à ses ailes faites de la même façon que les oiseaux, elle était rapide suffisamment pour ne pas attirer la foudre des tourelles qui gardait la ville de même que la nuit lui offrait un terrain assez avantageux, alors elle ramassait ses ailes contre son corps et plongeait. Elle atteignait la même vitesse qu'un faucon pérégrin en vol, elle était sans doute le dernier dragon aussi rapide en vol. Elle en tirait une petite fierté.

Et quand elle se posait sur la place centrale pratiquement vide à cette heure-là, elle dépliait toute sa tête et sa majesté, elle laissait profiter les quelques bipèdes qui commençaient à se masser autour d'elle, flattant ainsi l'ego de la dragonne noire.

Sa robe étaient parfaitement noire, aux reflets bleutés, elle était assez autant sur patte, un peu longue, un port de tête haut, on la devinait taillée pour la vitesse, aussi bien sur terre que dans les airs. Elle posait ses yeux d'un bleu électrique sur la foule, elle semblait chercher quelques choses du regard, mais sans vraiment savoir quoi. Sa queue battait lentement l'air, ses ailes s'agitaient aussi un peu.

Parfois, il fallait rappeler aux mortels quelle race régnait sur le monde, elle avait longtemps été une politicienne aguerrie et savait que parfois elle devait se montrer pour ne pas que les gens oublient l'existence des dragons, ils avaient décimés par les guerres et il n'en restait plus qu'une poignée, elle était d'ailleurs la dernière femelle capable d'offrir une descendance correcte à ce monde. Et plus que son devoir de femelle, c'était son devoir de gardienne qu'elle devait accomplir, donner une nouvelle génération de dragon à l'Humanité.

Les dragons étaient l'avenir d'Al'Sharan, mais pour se faire, ils devaient avoir besoin des mortels, un dragon non-lié n'éclot pas et c'était problématique. La dragonne s'impatientait, laissant échapper un bref grognement du fond de sa gorge, elle n'était pas venue pour la plèbe, mais pour celui qui avait fait entendre son nom dans l'esprit des gardiens comme le successeur de l'impératrice qui avait faillis exterminer les humains..

Alors elle cherchait l'esprit de l'empereur, parmi tous ceux de la ville, un contact qui pouvait paraître rude à celui qui n'avait pas connu de dragon auparavant, elle avait frôlé une à une chaque conscience de la cité pour trouver celle de celui qu'elle cherchait, lui ordonnant de venir la rejoindre.

Lève toi et vient rejoindre la gardienne de l'orage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Furojin Belétoile
Admin
avatar

Messages : 5
Points : 9
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/05/2017

MessageSujet: Re: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   Jeu 5 Oct - 21:12

Aurë. Une cité de lumière et de savoir. Nous nous enorgueillissons de notre longévité et de notre maîtrise des Arcanes, mais si mon peuple a tendance à voir le monde comme sa propriété, j'avais une vue plus posée sur les choses. Nos chemins nous ont amené à venir dans un autre monde. Nous avions donc la possibilité de construire quelque chose de neuf. Mais pourtant, je sentais depuis un moment que le monde n'était pas aussi solide que notre monde précédent. Quelque chose le rongeait, mais je ne parvenais à comprendre quoi.
Alors, en attendant, je guettais mon peuple depuis le palais impérial. Depuis que j'avais relevé la précédente impératrice de ses fonctions et que j'avais fait appliquer la justice sur elle, j'étais devenu l'Empereur d'un peuple qui peut paraître bien étrange. Mais en réalité, notre cœur est juste le cœur de passionnés qui aiment aller au fond de ce qu'ils entreprennent. Et il était désormais de mon devoir de veiller sur ces passionnés et de leur permettre de faire ce qu'ils aiment. Mais je dois aussi le faire de manière à ce qu'ils ne répètent pas les erreurs du passé.

Mais ce soir, je remarquais une immense silhouette dans le ciel. Celle ci semblait venir en direction de la cité. Pourtant, les tours de défenses ne réagirent pas. Je maugréais intérieurement. Depuis quand nos défenses me mettaient pas en joue pareil intrus dans notre espace aérien. Il y avait des arcanistes qui ne tarderaient à entendre parler de moi.
Je suivais donc cette silhouette du regard, faisant un signe au Capitaine de ma Garde personnelle, afin que les Gardes Arcaniques soient prêt à tout instant.
Cette immense silhouette noires semblait absorber les lumières de la citée tandis qu'elle se posait sur une place en contre bas du palais et elle s'y immobilisa, me permettant de la contempler parfaitement. Un dragon aussi noir que la nuit.
Je ne tardais à percevoir quelque chose effleurer mon esprit avant de finalement essayer de m'ordonner. Je devinais de suite de l'origine de cet ordre et en ressentis une certaine colère.
Je retournais dans mon bureau et attrapais deux cristaux arcaniques. Tous deux avaient une vocation à peu prés similaire. Le premier allait me transporter sur la place. Le deuxième permettrait à ma garde de me rejoindre immédiatement si je le brisais.
Je levais un regard vers le Capitaine qui acquiesça. Il savait ce qu'il avait à faire.
Je brisais donc le premier cristal et me matérialisais donc immédiatement sur la place ou l'immense dragon se trouvait.


-Voila une bien singulière façon de procéder envers un empereur qui cherche à calmer les ardeurs de son peuple, sir Dragon. Cherchez vous vengeance pour les erreurs de ma tante?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaélo Lythin

avatar

Messages : 4
Points : 6
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/10/2017

MessageSujet: Re: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   Jeu 5 Oct - 22:38

Kaélo était assis sur le toit de sa maison regardant le ciel étoilé, il faisait beau et plutôt bon en ce moment et le jeune elfe souriait légèrement en regardant les étoiles, les nuages dansaient doucement avec la lune. Avec un papier et un crayon, le jeune elfe dessinait.
Son rêve était toujours inatteignable pour lui, le creux au fond de son cœur ne s'était toujours pas refermé alors il dessinait avec un certains vague à l'âme un dragon massif, avec un simple crayon son croquis était fais de simple nuances de noir et de gris. Le dragon de son dessin crachait un feu qui rampait et emplissait le reste de la page.
Une forme sombre passa au-dessus et couvrit la lune, étant la seule source de lumière pour son dessin. Kaélo leva la tête et eu juste le temps de voir une énorme masse sombre volant. Elle se posa presque juste après que le jeune homme se levât d'un bond, et laissa son carnet et son crayon, il s'élança en courant, son agilité et sa dextérité lui permettait d'aller assez vite tout en gardant une certaine stabilité et sécurité.
À peine fut-il arrivé que son espoir fût conforté, un dragon. Un dragon s'était posé au centre de la ville, il regarda et admira cette créature qu'il avait longtemps rêvé de voir, il en avait un spécimen sous les yeux. Un sourire éclairait son visage, tel un enfant a qui on offrait un sucre d'orge.
Mais une ombre passa au tableau, son empereur apparu devant le dragon... Il était à présent tiraillé par deux sentiments, son admiration pour cette créature, et son devoir... Et si ce dragon était là pour appliquer la justice pour ce qu'avait fais leur impératrice. Il sauta du toit sur lequel il était posé et passa agilement entre les passants qui s'attroupaient tout en insufflant de la magie dans les deux lames posées dans son dos, avant de se poster juste aux côtés de son empereur. Si quelque chose arrivait, son armure en titane supporterait la chaleur du souffle de la créature quelques seconde pour que l'organisation des troupes puisse se faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Night

avatar

Messages : 7
Points : 13
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/05/2017

MessageSujet: Re: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   Lun 9 Oct - 16:15

Elle aurait pu imaginer quelqu'un de plus musculeux sur ce poste, mais elle n'ignorait pas que les elfes étaient axés sur les arts des arcanes, elle n'avait pas vraiment de préférence vis-à-vis de cela. Elle clignait lentement des yeux devant l'injonction de l'empereur, elle connaissait son nom, ainsi qu'une partie de sa vie, ainsi elle pourrait sans problème apaiser la conversation.

J'ai cru entendre les gardiens murmurer ton nom depuis quelques nuits, Belétoile. Je voulais m'assurer des rumeurs, personnellement. J'ai fait l'erreur de ne pas me présenter, Night, gardienne de l'orage. Tu as sans doute déjà dû entendre parler de moi.

Il en était de même pour la dragonne, elle avait beaucoup entendu parler de lui sans jamais le voir. Elle-même était une légende, elle avait lutté aux côtés des différents peuples et contre certains autres, même s'il n'était pas dans ses habitudes de se mêler des affaires des elfes, préférant tenir ses distances vis-à-vis de ces créatures d'un autre monde, mais elle savait leurs déboires.

Les gardiens quant à eux étaient les dragons les plus puissants régnant sur ce monde, ils ont pour but de garantir la paix et la sécurité sur divers plans, ce qui incluait la sauvegarde des puits de magie et de combattre farouchement ceux qui cherchent à les détruire, ils étaient profondément liés à l'âme d'Al'Sharan même. À la fois infiniment respectés et craints.

Elle attendait plusieurs choses de la part du dirigeant qui se trouvait devant elle : le respect et une certaine forme de soumission. Ce qui n'avait pas grand chose d'étonnant pour une gardienne, elle n'était ni une amie ni un ennemi à abattre, elle était uniquement là dans l'intérêt des peuples.

Je n'ai que faire des querelles des races mortelles, mais j'ose espérer que sa condamnation sera à la hauteur de sa trahison.

Night avait participé à cette bataille, cela avait mis à mal son espèce qui avait déjà un pied dans la tombe et elle n'était pas prête d'oublier le geste de l'égoïste impératrice, elle avait perdu des frères, des sœurs et des amis. Puis son regard se portait sur le tout jeune être aux côtés de l'empereur, une poussière par rapport à la mémoire de la dragonne. Qu'elle trouvait parfaitement à son goût, sa queue fouettant l'air de manière un peu plus intensive, quand elle le détaillait de ses yeux d'un bleu vif.

Et qui est ce charmant jeune elfe à tes côtés ?

Il sentait un des métaux des Humains, et elle n'aimait pas vraiment ça, la gardienne avait connu par deux fois l'esclavage des humains, elle en gardait un souvenir assez amer, elle montrait rapidement les crocs, un léger grondement s'échappant de sa gorge avant qu'elle ne détourne son attention d'eux deux, relevant légèrement son encolure et observant rapidement ce qui l'entourait, ignorant la plèbe qui commençait à se masser autour d'eux.

Inutile de me montrer le chemin menant au palais, je connais la route.

Et sans attendre de réponse, elle se dirigeait dans la direction de l'imposante bâtisse, de son pas tranquille habituel, veillant tout de même à n'écraser aucun mortel sur sa route, par chance, ils étaient assez respectueux pour de pas se jeter dans ses pattes, même si la majorité était plutôt admiratifs.

Sans doute, avait-elle quelque chose de privé à dire à l'empereur, et c'était vrai, quelque chose de plus haute importance qui était même nécessaire à ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Furojin Belétoile
Admin
avatar

Messages : 5
Points : 9
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/05/2017

MessageSujet: Re: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   Mer 11 Oct - 1:07

Une gardienne. Rien que ça. Et à voir son attitude, je devinais aisément qu'elle en attendait une forme de respect et de soumission. Mais pour quoi prenait-elle mon peuple? Nous ne sommes pas ses larbins et il est hors de question que les choses se déroulent simplement parce qu'elle en avait décidé l'ordre. Déjà, elle montrait de l'hostilité envers mon fieul qui venait de me rejoindre. Kaélo se tenait derrière moi, comme son devoir le lui imposait lorsque le souverain sortait seul.
Plusieurs raisons pouvaient expliquer pareil réaction, mais je n'en connaissait aucune qui puisse justifier cela sur MON territoire.


-Il s'agit là de mon fieul.
Et effectivement, j'ai entendu nombre de récits vous concernant. En ce qui concerne la condamnation de ma tante, vous pourrez annoncer à tous les peuples que les elfes ne pardonnent pas la folie, même lorsque celle ci se manifeste chez eux. L'ancienne Impératrice sert désormais de source d'énergie à nos systèmes de défense, jusqu'à la fin de son existence qui sera plus ou moins longue en fonction de si nous avons besoin d'utiliser nos tours ou pas. Aux autres peuples de choisir si ils veulent nous donner une raison de les utiliser ou non. Je dois reconnaître que j'ai une préférence pour ne pas avoir à le faire.


Puis, presque sans annonce, la dragonne de l'Orage se mit en route vers le palais, annonçant tout de go qu'elle n'avait pas besoin que nous lui montrions le chemin.
Pardon? Comment cela? Hors de question que je me laisse imposer ainsi face à mon peuple. Il en allait de ma position et de mon honneur. Hors de question de la laisser faire ainsi.


-Je vais prendre vos propos pour de l'ignorance nous concernant, mais chez nous, nous n'entrons pas chez les gens sans y avoir été invité. Et avant que l'on me fasse remarqué que personne ne nous a accordé l'entré dans ce monde, nous avions demandé l'aide de l'un des votre et c'est lui qui nous a ouvert le chemin vers ce monde.
J'ai prit la peine de me déplacer jusque devant vous, pour faire preuve d'un certains respect envers vous et votre peuple, mais surtout en signe de reconnaissance de ce que la Gardienne Farionh a fait pour nous. Mais si vous souhaitez me parler, sachez une chose, toute Gardienne que vous êtes, il y a des choses que vous pouvez faire et d'autres que vous ne pouvez faire. Notre Gardienne a respecté cela il y a plus de trois milles ans, et même si je suis pour le progrès, je suis aussi pour le respect de convenance. Donnez moi une seule bonne raison pour vous laisser entrer dans le Palais des Elfes. Pour l'instant, je n'en vois aucune.


Lorsque j'évoquais la Gardienne qui nous avait ouvert la porte des Mondes, l'on pouvait sentir un profond respect proche de celui que l'on peu avoir pour un dieux ou un parent que l'on admire. Je le savais parfaitement et je ne m'en cachais aucunement.
Mais pour l'instant, la Gardienne Night n'avait pas ce respect à mes yeux. Je reconnaissais une forme de respect envers les dragons. Mais certainement pas au point de m'écraser devant une inconnue qui se présenter sommairement et qui annonçait qu'elle entrait dans ma demeure.
Je fis donc signe à un habitant de m'apporter quelque chose pour m'assoir, car je n'avais aucunement l'intention de bouger avant d'avoir satisfaction.
Le respect pour un individus se mérite et ne s'impose pas. Je ne lui demandais pas de me traiter comme un seigneur, mais d'au moins respecter mon peuple et nos coutumes, comme je l'avais fait moi même lorsque j'étais allé voir les peuples de ce monde. Ce que, pour le moment, elle ne faisait aucunement dans le ton et le comportement.
Nous avons un système que beaucoup d'étrangers ne parviennent à saisir complètement, mais tous parviennent à comprendre que l'honneur d'un individus y a une place importante dans sa position et ses fonctions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaélo Lythin

avatar

Messages : 4
Points : 6
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/10/2017

MessageSujet: Re: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   Mer 11 Oct - 19:19

Kaélo observait la scène alors qu'il était aux côtés de son empereur et son parrain. La dragonne venait de poser une question, et comme tout le monde s'était présenté, la dragonne gardienne Night. Hé bien, si elle était là pour la justice le sang allait couler sûrement à flots. Au moment où le jeune assassin allait se présenter, son parrain le fit pour lui, et présentant leur lien de parenté. C'était bien la première fois qu'on lui donnait une place aussi importante, si bien qu'il sentit le rouge lui monter aux joues.

Mais sitôt sa présentation faite la dragonne le fixa avant de grogner légèrement. Il comprit que c'était une mise en garde tant et si bien qu'il laissa sa magie opérer. La magie de son clan n'était pas secrète mes elfes savaient magie, il usait. Ses lames sortirent de leurs fourreaux sans aucun geste de la part du jeune elfe et elle se mirent à danser autour de lui avant de se pointer vers la dragonne.

Night elle détournait déjà le regard avant d'annoncer prendre le chemin du palais. Furojin l'a mis en garde sur le respect des convenances, il comprit alors ce qu'il devait faire.

Il rengaina ses sabres sans un mouvement et se dirigea aux côtés de la dragonne en courant légèrement à fin de passer devant elle.

- Désolé, madame Night, mais l'empereur est en train de vous parler.

Il dit cela avec un léger sourire, son sourire habituel, il se retint de sourire encore plus, car il était juste devant le visage de la gardienne, il put détailler la dragonne de très près, la couleur des écailles, celles des pupilles, la taille du museau, l'encolure. Ses lames sortirent de leurs fourreaux sans aucun geste de la part du jeune elfe et elle se mirent à danser autour de lui avant de se pointer vers la dragonne.

C'était la première fois qu'il voyait un dragon, et il avait la chance de ne pas se faire carboniser, et il avait la chance encore plus grande d'être à moins d'1 mètre du bout du museau d'un des êtres de cette espèce.

Il savait par contre que si la dragonne se mettait en colère ça allait vraiment chauffer pour lui, au sens propre. Il se mit à penser tout haut en regardant la dragonne

- Je me demande quelle température peuvent atteindre les flammes d'un dragon... Mais pas envie de tester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Night

avatar

Messages : 7
Points : 13
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/05/2017

MessageSujet: Re: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   Ven 13 Oct - 21:53

Au moment où le jeune elfe, utilisait sa magie, elle faisait un brusque écart, faisant un arc de cercle pour éviter le danger, prenant garde à ne marcher sur aucun elfe durant sa manœuvre, lâchant un ronflement vaguement inquiet, elle avait été surprise par la vitesse d'exécution. Cette fois-ci, elle ne se contentait pas de grogner, mais de lâcher un rugissement d'avertissement, qui faisait vrombir l'air. Magie libre, quel polymorphe a été assez fou pour lui apprendre ça ? Elle ne pouvait qu'enrager d'avantage devant cette menace.

On pouvait dire qu'elle était tout de même sacrément réactive et rapide pour se mouvoir, elle avait reculé au même moment où l'elfe avait tiré ses armes, malgré que ses jeunes années soient bien loin derrière elle. Un œil avisé pouvait le voir facilement, elle n'était plus autant musclée qu'avant, ses flancs étaient un peu creux et ses côtés légèrement visibles, même ses écailles, le dos légèrement creusé.

Vous n'êtes donc pas sans ignorer que Farionh était connue pour sa naïveté, c'est d'ailleurs bien pour cela qu'elle nous va nous quitter prématurément en essayant de calmer la fureur d'Althéon et de sa liée lors de la corruption du Belvédère, et c'est bien cette bipède qui l'a empoisonnée. Je ne commettrais pas les mêmes erreurs qu'elle, Belétoile. Mes dernières pensées à ce sujet vont à ma consœur qui est en train de mourir de la corruption, pendant que ton peuple puise allègrement dans la magie qui gorge ces terres. Je ne vois pourtant aucun des tiens se couvrir la tête de cendre ou prier pour le salut de celle qui était leur gardienne.

Night n'était pas connue pour taire les vérités les plus douloureuses à entendre, tout ceci avait été garder bien entendu secret par les gardiens, mais puisqu'il n'était pas décidé à lui accorder une audience privée elle réglerait cela à la vue de tous. Et qu'importe si cela pouvait entacher leur relation à venir.

Certes, elle n'était pas des plus délicates ou même des plus diplomate même pour un dragon, elle avait un côté sauvage et instinctif qui lui était propre, néanmoins en dépit de cela, c'était sans doute la gardienne la plus proche des races peuplant les différents continents, la paix était quelque chose qui lui paraissait importante et qu'il fallait défendre à tout prix.

Les yeux bleus de la dragonne restaient fixés sur l'elfe qui continuait de la menacer, elle grondait, néanmoins prête à s'envoler au besoin, dansant lentement d'un pied sur l'autre, de légère étincelles bleus luminescentes commençait à danser au niveau de sa ligne dorsale et de sa gueule. Sa queue bâtant l'air de haut en bas, en signe d'agacement.

En parlant de convenance, gamin, baisse tes armes avant que je perde réellement patience..

Le ton avait été incisif et mauvais sur le coup, elle avait lancé assez d'avertissements celui-là serait véritablement son dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Furojin Belétoile
Admin
avatar

Messages : 5
Points : 9
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/05/2017

MessageSujet: Re: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   Mar 24 Oct - 11:41

Il est des choses que l'on tient pour sacré et auxquels il n'est que rarement bon que d'autre touchent. Cette Night savait des choses et avait choisit de ne les distiller que pour essayer de me faire flancher face à elle. Mais ce qu'elle n'avait probablement pas prévus, c'est que, loin d'être stupides, les elfes portaient un respect plus que certains pour la gardienne qui les avait conduit en ce monde. Entendre cette nouvelle gardienne la ridiculiser de la sorte ne manqua pas de me faire bouillir intérieurement. Mais je devais garder mon calme, alors je me mordais la joue, attendant qu'elle finisse son explication.
Et la suite devait me donner raison de patienter car j'appris que celle que nous pensions entrain de dormir était en réalité entrain de mourir. Je trouvais cela intolérable. Et encore plus de la part des dragons d'avoir stupidement garder cela secret. Ils nous avaient laissé dans l'ignorance, la rapprochant encore d'avantage durant tout ce temps.
J'attrapais un cristal de communication et l'activait immédiatement tandis que la dragonne mettait en garde mon fieul de garder ses armes bien rangées.


-Alorens. Prenez immédiatement une équipe est procédez à un examen complet de la Gardienne Farionh. Il semble qu'elle ai été empoisonné à un moment ou à un autre. Trouvez moi immédiatement la cause de cet empoisonnement. Non. En faite, je veux se rapport pour hier. Je me tournais alors vers Night et lui lançais un regard furieux, ce qui, je dois bien le reconnaître, était une première de ma part. Je vous préviens, Gardienne. Si Farionh en vient à mourir, nous porterons notre responsabilité. Mais vous autres, les gardiens qui nous avez laissé dans l'ignorance, vous serez d'autant plus responsable pour cette ignominie.
Farionh est pour les elfes un symbole d'espoir. Alors certes, nous ne la prions peut être pas. nous ne dressons pas d'autel à sa gloire. Mais elle a malgré tout sa place dans nos cœurs et dans nos âmes. Nous attendions qu'elle sorte de son sommeil pour pouvoir la remercier de ce qu'elle a fait pour nous et vous, dans votre arrogance et votre suffisance, vous nous laissez croire que tout va bien alors que tout va mal.
Vous la dite naïve, mais en réalité, elle est bien plus intelligente que vous ne l'avez été. Elle s'est ouverte à ses protégés et nous a tendu la main. Enfin, la patte, mais c'est la même chose.
Vous dites que vos pensées vont à celle qui vit ses derniers moments. Et bien sachez que les nôtre iront à elle pour que ses derniers instants redeviennent l'éternité qu'elle mérite de vivre. Nous ferons tout ce que nous pourrons pour la sauver et la soigner, afin qu'elle puisse un jour s'avancer à nouveau dans nos rues et reprendre son envol dans ce monde et qu'elle puisse l'arpenter fièrement.
Et oui, nous puisons dans la magie de ce monde, car c'est ainsi que le monde nous a crée au naturel. Mais ne croyez pas que nous restons stupidement sur nos maigre connaissance du monde. Nous étudions et nous cherchons toujours à nous améliorer. Nos études vont toujours dans ce sens. Et plus encore depuis que nous comprenons que la Magie n'est pas infinie comme le pensaient les premiers elfes.
Je pris un inspiration, fermant brièvement les yeux et repris aussi sec. Vous vous comportez comme si vous étiez supérieur et vous en avez l'arrogance. Et même si cela ne vous plait pas, mes mots ne sont que la stricte vérité.
Je ne vous direz pas merci d'être venue, car dans cette même arrogance, vous arrivez en retard pour nous prévenir. Mais, parce que je sais reconnaître ce qui est juste, je vous dirais quand même merci de nous avoir prévenu de la gravité de l'état de notre endormie.

Maintenant, si c'est tout ce qui vous amène ici...


Je me levais du siège qui m'avait été amené et préparais mon deuxième cristal de téléportation pour repartir dans mon bureau. J'adressais un signe de tête à Kaélo, lui signifiant que j'aimerais pouvoir lui parler par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaélo Lythin

avatar

Messages : 4
Points : 6
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/10/2017

MessageSujet: Re: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   Mar 24 Oct - 16:38

La nouvelle sortie de ses lames n'avait rien de vraiment inquiétant pour la dragonne mais elle avait fais une belle pirouette comme pour éviter un danger, même s'il n'y en avait pas. Un garde, même s'il n'en était pas vraiment un à proprement parler, devait s'il le jugeait nécessaire sortir ses armes pour assoir une certaines autorité. Même s'il le reconnaissait totalement il n'avait ni l'âge, ni le rang pour tenter cela de son propre chef, il essayait juste de faire entendre l'autorité de son empereur.

La dragonne parla à son parrain de leur gardienne, et du fait qu'elle se mourrait par la corruption. Alors elle n'était pas endormis. Cette nouvelle l'ébranla au plus profond de son âme, lui qui aimait tellement ces créatures... Leur gardienne se mourrait, et personne n'était au courant à part les autres de son espèce. Cette nouvelle l'ébranla tellement que sa concentration qu'il mettait dans ses lames en fût perturbée, lui pour qui c'était devenu aussi naturelle que de marcher ou parler, fît, pour la première fois depuis ses premières années d'apprentissage, tomber ses lames au sol provocant un son métallique et clair. Tandis que sur son visage se lisait une expression d'incompréhension.

La gardienne Night se retourna vers lui et lui dit quelque chose à propos d'armes et de convenance, mais il n'écoutait plus. Son cerveau était ailleurs totalement. C'est la prise de parole de Furojin qui le ramena à la réalité, un long monologue sur la responsabilité des gardiens de les prévenirs, et que si leur dragonne venait à disparaitre, les autres seront tenus pour responsable. Il finit tout de même son discours par un merci qui se voulait plus pour les convenances que sincère, puis il se mit à regarder le jeune d'une façon assez déroutante... Oui Kaélo était dans la merde, il en était presque sur. Il réinsufla une pointe de mana dans ses lames pour qu'elles reviennent dans leurs étuis, et repris son sourire habituelle:

_ Haaaa... Voyez dans quelle position vous me mettez dame Night, à avoir jouer les gardes je vais encore me faire passer un savon.
Il passa sa main dans ses cheveux et se gratta l'arrière du crâne.
_ Pourvu que j'ai pas encore à nettoyer les lattrines comme punition j'en ai mart de toujours le faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Les contes qui apprennent aux enfants à tuer les dragons. » - Kaélio/Furojin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fan Art d'Affiche.
» [Pays-Bas] Efteling (1952)
» Contes de Noël
» Recherche conte pour livret pour enfants.
» Aude... (Contes et légendes)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Défiez votre destin :: Al’Sharan :: Aurë - Cité flottante des elfes :: Aurë-
Sauter vers: